Thème : Nous sommes ouvriers avec Dieu

0
197

Le dimanche 18 février 2024, l’église des Assemblées de Dieu de Yopougon Port-Bouët 2, temple Bethsaïda, a tenu son habituel culte de louange et d’adoration en l’honneur du Seigneur Jésus-Christ. A ce culte, la prédication de la parole de Dieu a été l’affaire d’un invité, le Président de la Région d’Abengourou, en l’occurrence le Pasteur Gnapi Guédé Hénoc Hervé, de l’église des Assemblées de Dieu de Cafétou Eben-Ezer.

Le texte biblique de base de sa prédication était : 1 Corinthiens 3v.1 à 11. Il a également exploité les textes de Matthieu 8v.14 à 15 et Actes 9v.18 à 22. De ces passages, l’orateur a pu dégager le thème suivant : « Nous sommes ouvriers avec Dieu ».

Avant d’entamer son exposé, l’orateur du jour a précisé que son message a pour but d’encourager les chrétiens et chrétiennes à se mettre au service de Dieu.

Dans son introduction, il a défini le concept d’ouvrier, comme étant celui qui œuvre ou qui travaille à une œuvre. Ainsi, il en a déduit qu’être ouvrier(ère) avec Dieu, c’est être au service de Dieu ; c’est être un acteur ou une actrice qui contribue à l’édification du Corps de Christ.

De ce fait, le messager a cherché à répondre à quatre (04) grandes questions, qui ont constitué la trame de son développement.

La première question a été de savoir, à quel moment devient-on ouvrier avec Dieu ? Il a répondu que l’on est ouvrier avec Dieu dès l’instant où l’on reçoit la conversion. En effet, pour lui, toute personne qui accepte le Seigneur comme Sauveur, a en elle la capacité de se mettre au service de Seigneur, à l’instar de la belle-mère de Pierre qui s’est mise à servir, dès qu’elle fut guérie par Jésus, dans Matthieu 8v.15 : « Il toucha sa main, et la fièvre la quitta ; puis elle se leva, et le servit. ». Selon l’orateur, Dieu installe la base du service dès la conversion.

La deuxième préoccupation du prédicateur a été de parler de la durée du service avec Dieu. C’est-à-dire, quand et pendant combien de temps doit-on être ouvrier avec Dieu ? En réponse, il a soutenu qu’il faut servir le Seigneur en tout temps, et en toutes circonstances, sans aucune plainte, car, a-t-il rappelé : « c’est la raison pour laquelle Dieu nous a sauvés ». Ainsi, sommes-nous ouvriers à vie avec Dieu.

Troisième interrogation, de qui les ouvriers tiennent-ils leurs responsabilités dans le service ? Le prédicateur du jour a affirmé que : « C’est Dieu qui confie les responsabilités, parce que c’est lui qui nous connait ». En effet, tous les chrétiens ont reçu quelque chose de la part de Dieu, pour le servir. Alors, chaque chrétien a en lui les capacités minimales pour œuvrer dans le champ de Dieu. Il a aussi rappelé qu’il existe une responsabilité basique, celle d’aller partout et d’annoncer la Bonne Nouvelle.

Dans la quatrième et dernière partie de son développement, la question a été de savoir quelles sont les différentes réactions des ouvriers. L’homme de Dieu a tâché de mettre évidence les différents types serviteurs dans le champ de Dieu.

En référence à la parabole des talents dans Matthieu 25v.14 à 30, il a identifié trois principaux types d’ouvriers, que sont : l’ouvrier responsable, multitâches, courageux qui valorise les grâces de Dieu qu’il a reçues, à l’image du serviteur qui a reçu les cinq talents et les a fructifiés.

Ensuite, il y a l’ouvrier humble, c’est celui qui se contente de faire ce que le Seigneur lui a confié sans se comparer aux autres. C’est le cas de celui qui a reçu les deux talents de la part de son maître, et il en gagna deux autres.

Enfin, la troisième catégorie, c’est l’ouvrier stupide et infertile, qui ne se rend pas compte de la grâce que son Seigneur lui accorde. Il attend toujours d’avoir plus, avant de servir. Cette dernière catégorie d’ouvriers est représentée par le serviteur qui enterra le seul talent qu’il a reçu de son maître.

Le pasteur Gnapi Hervé a recommandé à l’assemblée de suivre l’exemple des deux premières catégories d’ouvriers, en soutenant que : « Si nous voulons être grands aux yeux de Dieu, comprenons et épousons sa vision, et mettons-nous au travail ! ».

Il a conclu sa prédication en faisant comprendre à l’auditoire que, Dieu a besoin de tous pour en faire ses ouvriers, il incombe donc à chacun de s’engager !

Axel Goli

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici